Source: Direct.cd

Dans un échange avec la presse hier mardi 12 décembre en sa résidence sur le thème : « Royaume-Uni en RDC : Bilan et perspectives« , l’ambassadeur de Grande-Bretagne en RDC, Neil Wigan a souligné que son pays considère que les preuves contenues dans le rapport du groupe des experts  sur le soutien du Rwanda sont crédibles et convaincantes. Par conséquent,  son pays n’a pas déboursé  le 33 millions d’appui budgétaire au Rwanda.

L’ambassadeur Neil Wigan précise que l’aide du Gouvernement britannique est accordée au Rwanda sous condition du respect des principes de partenariat. Le quatrième de ces principes est le respect des obligations internationales de soutenir la paix et de respecter les droits de l’homme. «  Mon  Gouvernement pense que le Rwanda a violé le quatrième principe en appuyant le M23. Les preuves contenues dans ce rapport des experts de l’Onu sont crédibles et convaincantes  », a-t-il martelé.

Au cours cette rencontre avec les journalistes de la presse écrite, l’ambassadeur a indiqué que la situation dans la sous-région est dominée par  les récents développements sécuritaires à l’est de la RDC avec la rébellion de M23. Cette situation, a-t-il déclaré, a exacerbé l’insécurité à l’est et aggravé une situation humanitaire déjà précaire. Car,  environ 120.000 personnes ont été déplacées et plusieurs vies humaines perdues. La prise de Goma, le 20 novembre dernier par les rebelles, malgré les appels de la communauté internationale a conduit à une intense pression diplomatique. Et le 21 novembre 2012,  au niveau  de l’Onu,  elle a rendu public le rapport du groupe  des experts fournissant les preuves de l’appui au M23.

 

De la crise provoquée par le M23 aux efforts de solution, Neil Wigan a fait savoir que son pays a été impliqué dans le sommet de Kampala tenu le 24 novembre 2012, lequel a sorti un communiqué de 10 points, exigeant le retrait immédiat des rebelles de la ville de Goma. Ces derniers ont cédé à la pression et ont dû quitter Goma à partir de 28 novembre dernier pour embrasser la voie des négociations à Kampala sous les auspices de la CIRGL. « Nous espérons que ces négociations conduiront à une solution durable au confit et à la fin des cycles de violences à l’est de la RDC. Nous saluons la SADC de mettre à la disposition des troupes pour la force internationale neutre  », a-t-il souligné.

Quant aux perspectives d’avenir, l’ambassadeur britannique en RDC précise que le Royaume-Uni est l’un des acteurs importants à l’ONU (membre permanent), dans l’Union Européenne et un partenaire de développement-clé des pays de la CIRGL. A ce titre, dit-il, il va utiliser cette position privilégiée pour une influence positive et constructive dans la région.

«  Nous allons aussi travailler avec les structures continentales, sous-régionales et gouvernementales pour aider à rompre le cycle vicieux des conflits et entrer dans le cycle vertueux du développement durable dans la sous-région. Notre ambition pour la RDC c’est de franchir le cap de l’humanitaire pour passer à la phase de croissance économique. Notre coopération (DFID) qui a totalisé 10 ans d’intervention en RDC, le 01 décembre dernier, est passée de 21 millions de dollars en 2002 à plus de 230 millions  aujourd’hui. Nous allons continuer à appuyer les secteurs essentiels tels que les services sociaux, l’éducation et l’humanitaire et mettre accent sur l’accent sur l’amélioration du climat des affaires  », a conclu  Neil Wigan.

Tag(s) : #Actualités
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog