Source: radio okapi

Le porte-parole militaire de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco), le lieutenant-colonel Félix Prosper Bass, a déclaré que les troupes rwandaises n’étaient pas déployées le long de la frontière de la République démocratique du Congo (RDC), contrairement à ce qu’a prétendu la société civile en début de semaine. Au cours de la conférence hebdomadaire des Nations unies organisée mercredi 6 février à Kinshasa, il a indiqué que seuls des éléments du M23 étaient présents.

« Nous nous sommes rendus sur le lieu et nous avons constaté qu’il n’y avait pas de déploiement des troupes rwandaises le long de la frontière jusqu’à preuve du contraire, mais nous avons trouvé des éléments du M23, une dizaine ou une quinzaine qui étaient sur place », a affirmé le lieutenant-colonel Félix Prosper Bass.

Le porte-parole de la société civile du Nord-Kivu, Omar Kavota, a accusé, lundi 4 février, les rebelles du M23 de renforcer leurs positions autour de la ville de Goma en s’installant notamment à Munigi, Kibati, Kanyaruchinya et Buhimba.

Il a indiqué que la présence de deux bataillons de l’armée rwandaise a été signalée dans les localités de Rutagara et de Bisizi, en teritoire de Nyiragongo.

Selon Félix Prosper Bass, le constat de la Monusco a été fait après que la mission a eu vent de la présence des troupes de l’armée rwandaise le long de la frontière congolaise.

« Effectivement, nous avons eu vent de cette information et immédiatement nous avons déployé deux patrouilles des forces de réactions rapides sur les deux lieux qui avaient été initialement indiqués (…), et immédiatement nous avons aussi informé le général Muhezi qui est le chef de mécanisme conjoint de vérification à Goma », a-t-il poursuivi.

Ce que Omar Kavota a refusé d’admettre précisant que certains rebelles associés à des militaires rwandais se sont installés à 1 kilomètres de la capitale provinciale du Nord-Kivu. Cette information est confirmée par plusieurs sources indépendantes ainsi que par certaines sources sécuritaires dans la province.

Afin de vérifier cette information, la Monusco dit avoir même escorté les membres du mécanisme conjoint de vérification sur le lieu, qui ont aussi constaté que les troupes rwandaises n’étaient pas présentes aux endroits indiqués, a renchérit le lieutenant-colonel Félix Prosper Bass.

« Ils [les membres du mécanisme conjoint] ont eux-mêmes constaté qu’il n’y avait pas de troupes rwandaises déployées aussi bien sur le sol congolais qu’à côté des sites mentionnés », a-t-il ajouté.

Le lieutenant-colonel Félix Prosper Bass a néanmoins reconnu que « la situation sécuritaire au Nord-Kivu demeure tendue et imprévisible » et que le M23 continue de consolider  sa présence dans les zones sous son contrôle au Nord de Goma.

Tag(s) : #Actualités
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog