Paris-Normandie

Rémy Lebel

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rouen (Seine-Maritime) a émis, jeudi 29 mars, un avis favorable à la demande d'extradition formulée par le procureur général de la République du Rwanda à l'encontre de Claude Muhayimana, 51 ans. Cet homme, Franco-Rwanadais, est poursuivi par les autorités de son pays d'origine pour "génocide" et "complicité de crimes contre l'humanité" dans le cadre des massacres qui s'étaient produits au Rwanda en 1994, entre les tutsi et les hutu 800 000 morts, selon l'ONU). Claude Muhayimana, père de deux enfants, vit en France depuis douze ans et travaille en qualité de cantonnier à la ville de Rouen depuis 2007.

"Il est parfaitement intégré dans notre pays. Il s'est investi dans la vie associative et  fait partie de la chorale de Canteleu où il réside", souligne son avocate Géraldine Boitieux. Toutefois, il n'ignorait pas qu'il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international délivré le 13 décembre 2011 par la justice rwandaise, qui le soupçonnait d'avoir participé aux massacres au Rwanda. Interpellé sur son lieu de travail par les services de police il y a trois semaines, dans le cadre de ce dossier, le fonctionnaire municipal a été placé en détention provisoire. " J'ai fait appel de cette décision et plaidé cette demande d'extradition. Le lendemain, il était remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire", confie son avocate rouennaise.

Que va-t-il maintenant se passer ? Ce vendredi, Me Géraldine Boitieux s'est immédiatement pourvue en cassation contre l'arrêt de la chambre d'accusation. " C'est une décision extrêmement grave car M. Muhayimana est de nationalité française et on n'extrade pas un ressortissant français", nous a-t-elle confié. "De plus, il a toujours nié avoir participé de près ou de loin à ces massacres pour la simple raison qu'il n'était pas dans la région au moment des faits".

Selon le parquet général de Rouen, l'arrêt de la chambre d'accusation d'autoriser l'extradition de Claude Muhayimana ne peut être exécuté tant que la cour de cassation ne se sera pas prononcée.

Tag(s) : #Justice et Droits de l'homme
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog